Tag Archives: Récit

Flèche Paris Le Havre – Randonneur en solo

Version courte:

Samedi 10 octobre 2015

Départ 5h du Pied de Cochon, arrivée 16h30 au Havre. Froid au petit matin, brouillard puis beau temps et vent très favorable. Retour en train, arrivé chez moi avant 23h.

Version prolixe:

Départ 4h35 de Sceaux, 8 degrés – temps clair.

Un coup de tampon au Pied de Cochon et c’est parti.

Rue Rivoli une voiture sombre marquée en gros POLICE s’engage lentement, quelques secondes pour réaliser que c’est un type en civil au volant, que les phares sont éteints. Elle semble sortir d’un feuilleton américain … Place de la Concorde.

Je croise les bus discothèque et je m’engage sur les Champs bondés; des taxis et beaucoup de voitures. A 5h passées Paris ne s’éveille pas; mais plutôt ne s’est pas couché. Nombreux ceux qui attendent le premier métro. J’évite les grosses cylindrées qui roulent à fond sur les champs, je m’engage sur l’Étoile aussi fréquentée qu’en plein jour, (je voudrais avoir un gyrophare sur le casque.).

A descendre l’avenue de la Grande Armée, bien-sur pavée, les 2 minutes de vibrations ont eu raison de mon installation de phare qui se desserre et n’éclaire plus que ma roue avant … (Pierre B me dira qu’il fallait prendre les caniveaux 😉

Je passe Porte Maillot et enfin ça se calme un peu. Je laisse les fêtards à Paris. Neuilly, La Garenne-Colombres, Bezons, Sartrouville, la banlieue se fait de moins en moins cossue, de moins en moins éclairée. Un dernier sursaut de chic avec Maison Laffite puis c’est la Grande Banlieue. Quelques voitures de travailleurs matinaux, des rares personnes qui attendent le premier bus pour aller bosser.

La température descend tranquillement; 3 degrés dans la Forêt de Saint Germain en Laye, je passe Poissy puis la belle côte de Chanteloup les vignes (140m D+) et enfin la vraie nuit noire en entrant dans le Vexin français par l’Hautil. J’allume ma lampe fixée par un lacet(!) sur mon casque et j’arrive à 7h05 à Meulan en Hyvelines. premier contrôle; tout est fermé, carte postale + photo.

Encore 1h de nuit avant le lever du soleil. L’humidité est importante et pénétrante; Le garmin indique maintenant 1,9 degrés. J’aurais dû prendre des « vrais » gants. En descendant vers Vétheuil le Garmin s’éteint. Pas de panique, il repartira tranquillement après que j’ai sorti ma feuille de route et demandé mon chemin. Le jour s’est levé, je longe maintenant la seine, le brouillard est bien présent. Je n’ai pas trouvé de système anti buée sur les lunettes en cas de brouillard; je dois les retirer pour avancer. Entre 2 nappes de brume, le paysage est splendide, au pied des côteaux de Seine. La route passe devant le château de la Roche Guyon. Cette partie est très agréable , Giverny, Vernon (petit château), Chateau Gaillard, jusqu’au Andelys. Contrôle km105. Tampon, coca.

La route est toujours très belle jusqu’à Louviers. Je suis repassé rive gauche et je ne dirai rien sur les 80 prochains km. bof. RAS. Tampon, coca à Bourg-Achard km177

La route redevient belle en se rapprochant de la Seine, dans les boucles de Brotonne. Le pont de Brotonne avait 2 voies sur 4 de fermées. Je ne m’étends pas sur le plaisir à passer ce pont dans ces conditions coupe-gorges. De nouveau c’est assez sympa, le bord de seine est agréable, le long des coteaux éclairés par le soleil de fin d’après midi. Café à Caudebec en Caux.

Puis soudain une immense pancarte annonce la couleur (un doux parfum avant-coureur aurait dû m’alerter) : EXON MOBIL et nous voilà à traverser des km de raffinerie. c’est joyeux, beau, vivifiant. Il est probable qu’à 30 de moyenne poussé par le vent j’ai gâché mon plaisir. Sous la pluie avec vent contraire,
l’expérience doit être à vivre. (prévoir 2 prozac avant). Ces images me resteront dorénavant, à chaque utilisation de la métaphore « usine à gaz ».

Une dernière belle côte après Tancarville et quelques km de ligne droite pour atteindre le Havre. Sa promenade de bord de mer. hum. c’est pas tout ça mais j’ai un programme.

Je me rends à la piscine municipale. Me voyant avec mon casque surmonté d’un lampe, la caissière me déconseille de plonger dans cette tenue. J’explique ma journée et dans de grands ho et ha ils me laisseront prendre une douche (ils refuseront que je paye une entrée et rangeront mon vélo dans une pièce).

Le train Le Havre Paris InterCité part à 18h55, il y a 2 crochets à vélo par wagon, et je me voici à St Lazare à 21h45. Il fait toujours nuit à Paris !

bilan : belle journée, flèche avec les bords de Seine très agréables et très belles, mais également des parties sans intérêt.

suite à la prochaine flèche. (probablement en 2016) 250 km (+22 AR domicile)
bilan alimentaire raisonnable (pour être précis comme David 🙂

  • 4 bananes
  • 4 sandwitch (demi baguette)
  • 4 tranches de quatrequart
  • 1 pain au lait
  • du raisin
  • un paquet de tuc
  • une mini quiche
  • chips
  • 2 coca
  • 1 jus de fruits
  • 1 café
  • 1 glace 😉

Denis Scala